Le SIAG porte la responsabilité des engagements pris par l’état français pour respecter les objectifs fixés par la directive cadre sur l’eau (DCE). Il présente non seulement la pleine légitimité à porter l’intérêt mais également le devoir de faire aboutir les programmes d’actions. Le syndicat est l’unique structure publique à pouvoir intervenir sur la Gartempe avec une vision globale des problématiques.
Le SIAG mène des études et des actions d’intérêt général et tient un rôle d’accompagnateur entre les autorités et les riverains. Le syndicat peut, quand cela est nécessaire, se substituer aux riverains, avec leur accord.

L’entretien de la végétation des berges : la ripisylve

entretien-ripisylve

Entretien des berges

La ripisylve est composée d’arbres, d’arbustes, de végétaux herbacés et aquatiques. Celle-ci protège la rivière et permet de soutenir naturellement les berges, elle régule ainsi l’écoulement des eaux et maintient un équilibre climatique.

Les travaux comprennent l’entretien, par l’abattage ou l’élagage, des arbres vivants et morts risquant à court terme de tomber dans la rivière. Des coupes sélectives selon la taille et les essences d’arbres sont réalisés pour obtenir une ripisylve équilibrée en taille et en âge.

Sans une ripisylve équilibrée c’est l’ensemble de l’écosystème qui est fragilisé.

Budget annuel : 40 000 €

La lutte contre la jussie

arrachage-de-jussie

Arrachement manuel de la jussie

Depuis 2011, le SIAG met régulièrement en place des opérations d’arrachage de la jussie (espèce végétale invasive originaire d’Amérique du Sud) afin d’enrayer rapidement le processus de colonisation en évitant des surcoûts d’intervention.
En juillet 2014, de nouveaux travaux de lutte contre la jussie ont été engagés : les herbiers sont arrachés manuellement à pied et en bateau.
En 2011, 117 m3 ont été arrachés sur 2 km de rivière, pour diminuer d’environ 15 m3 sur 50 km en 2014.

Budget annuel : 36 000 €
Travaux subventionnés par l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, la région Poitou-Charentes et le département de la Vienne.

Les embâcles

Embacle au pont de Saint-Savin

Embacle au pont de Saint-Savin

Il s’agit d’accumulations de débris végétaux, auxquels viennent souvent s’ajouter des déchets d’autre nature, qui sont retenus par un obstacle placé accidentellement dans le lit mineur. Il peut s’agir d’une souche proéminente, d’un arbre qui a chuté dans le lit mineur, de troncs flottants bloqués entre deux piles de pont, etc.

Les embâcles sont susceptibles de provoquer des turbulences ou des déviations de courant à l’origine de nouvelles érosions de berges. Les encombres peuvent également constituer de véritables barrages (embâcles filtrants) qui augmentent la ligne d’eau en amont, ce qui peut favoriser les inondations en cas de crue, limiter la connexion amont/aval pour la faune, favoriser la sédimentation et donc le colmatage des substrats plus grossiers.

Budget annuel des travaux embâcles & végétation : 60 000 € et 10 000 € de fonctionnement pour les travaux d’urgence de lutte contre les inondations

La protection des berges contre l’érosion

Protection des berges par enrochement

Protection des berges par enrochement

Les berges des cours d’eau s’érodent sous l’action naturelle de l’eau. Il convient de les protéger de ce phénomène naturel uniquement lorsque la sécurité publique est menacée.

Ainsi les berges sont protégées de préférence par des techniques végétales, lesquelles s’intègrent mieux au paysage et sont moins traumatisantes pour le milieu naturel.

Néanmoins, le SIAG peut utiliser des enrochements lorsque les érosions sont très importantes.

La création d’abreuvoirs et de passages à gué

Abreuvoir en bord de rivière

Abreuvoir en bord de rivière

Le passage des animaux, notamment les bovins, en bord de rivière peut endommager les berges lorsqu’ils s’approchent pour s’abreuver. Ainsi, des abreuvoirs sont construits afin d’éviter que les vaches ne dégradent le lit des cours d’eau.

Coût d’un abreuvoir : 3000 €

La restauration du lit mineur

Recharge granulométrique

Les travaux de remembrement agricole ont rectifié et élargi le lit des petits ruisseaux.

Des galets, des graviers et des blocs sont déposés dans le cours d’eau (recharge granulométrique) pour diversifier les écoulements, protéger le fond et les berges de l’incision et restaurer les habitats en faveur de la truite fario.

La restauration de la continuité écologique

Rampe en enrochements

Les seuils et les étangs construits dans le lit des cours d’eau sont problématiques pour la migration piscicole et le transport sédimentaire.

Le SIAG conseille les propriétaires afin de les aider dans leur démarche de mise en conformité avec la réglementation.

Plusieurs solutions techniques existent : arasement, brèche, bras de contournement, passe à poissons…

Dans le cadre du CTMA, les travaux sur la Gartempe sont votés et programmés en 5 tranches d’intervention (de 2014 à 2018)

Tranche 2014 :

  • Restauration des berges non entretenues de Massugeon au bourg de Saulgé
  • Enlèvement des encombres problématiques
  • Travaux de lutte contre les espèces invasives sur l’ensemble du linéaire de la Gartempe

Tranche 2015 :

  • Restauration des berges non entretenues de Saulgé à Jouhet
  • Enlèvement des encombres problématiques
  • Protection de berges à l’aire des Ilettes à Montmorillon et à Saulgé
  • Travaux de lutte contre les espèces invasives sur l’ensemble du linéaire de la Gartempe

Tranche 2016 :

  • Restauration des berges non entretenues de Jouhet à Nalliers
  • Enlèvement des encombres problématiques
  • Travaux de lutte contre les espèces invasives sur l’ensemble du linéaire de la Gartempe

Tranche 2017 :

  • Restauration des berges non entretenues de Nalliers à la confluence du ruisseau de la Carte avec la Gartempe sur la commune de Saint-Pierre-de-Maillé
  • Enlèvement des encombres problématiques
  • Travaux de lutte contre les espèces invasives sur l’ensemble du linéaire de la Gartempe et des affluents Creuse et Gartempe
  • Travaux de restauration de la qualité écologique du ruisseau du Ris
  • Suivi du programme de restauration

Tranche 2018 :

  • Restauration des berges non entretenues de la confluence du ruisseau de la Carte avec la Gartempe sur la commune de Saint-Pierre-de-Maillé jusqu’à la confluence de la Gartempe avec la Creuse sur la commune de La Roche-Posay
  • Enlèvement des encombres problématiques
  • Travaux de lutte contre les espèces invasives sur l’ensemble du linéaire de la Gartempe et des affluents Creuse et Gartempe
  • Travaux de restauration de la qualité écologique de la Luire, du Gué de la Reine,  de la Plate et du Ris
  • Suivi du programme de restauration

Entretien des berges, travaux de nettoyage